Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

L'ART DU TAPA

 

LE TAPA

 

 ARTISANAT ET HISTOIRE

 

 

Ces piéces d'étoffes en fibres de bois ornées de motifs représentant les anciens tatouages marquisiens figurent parmi les objets traditionnels de l'artisanat proposé aux visiteurs des îles Marquises. Cet artisanat est également présent sur certains stands du marché de Papeete.

 

Sur l'île de Fatu Hiva les "Mama" maîtrisent ce domaine de la confection du Tapa et de sa peinture. Si Fatu Hiva est considérée comme l'île du Tapa, les autres îles de l'archipel des Marquises telle Ua Huka sont également des foyers de création.

 

Piéce décorative de nos jours le Tapa avait une fonction importante dans l'ancienne Polynésie. Les tissus furent importés par les premiers navigateurs étrangers et les étoffes végétales représentaient alors la principale matière vestimentaire.

 

Cette technique de l'écorce battue était pratiquée en Amérique Latine, en Indonésie, en Afrique Centrale et en Océanie. Dédiée aux hommes en Mélanésie la fabrication du Tapa était réservé aux femmes en Polynésie. Issu de la macération de tiges d'arbres (Uru, Aute ou le Mûrier à papier) et d'une manutention traditionnelle le Tapa était utilisé à l'état naturel ou pouvait être teinté avec des sucs ou de la sève. On pratiquait également l'impression végétale.

 

Etoffe réputée sur tous les archipels polynésiens le Tapa avait une importante fonction sociale lors des mariages ou des rituels religieux et funéraires. Sa finesse lui conférait un symbole de richesse considéré lors d'échanges ou d'offrandes.

 

 

Confection du Tapa Polynésien

Crédit photo © GIE Tahiti Tourisme - Isabelle Ozan