Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

LE MONOI DE TAHITI

 

LE MONOI DE TAHITI

 

 

Mono’i

 

En langue tahitienne mono’i signifie huile parfumée et sa composition est une association d’huile de noix de coco et de fleurs de tiaré. L’origine doit être impérativement locale : la fleur de l’arbuste « Gardenia Tahitiensis »et le fruit de l’arbre « Cocos Nucifera ».

 

 

Patrimoine culturel des anciens polynésiens

 

Originaires des archipels de l’ouest du Pacifique, les anciens Maoh’i ont emporté sur leurs grandes pirogues des pousses de tiaré. Ils maîtrisaient la confection de l’huile de coco par exsudation de la chair du fruit au soleil dans laquelle ils faisaient macérer des fleurs parfumées.

 

Huile sacrée dans les temps anciens, le mono’i était utilisé au cours de rites traditionnels célébrés sur les Marae (lieu de culte affecté aux cérémonies à caractère social, religieux ou politique). Les prêtres l’utilisaient pour oindre les objets précieux, sacrés et purifier les offrandes. Les sculpteurs contemporains reproduisent les gestes des anciens en enduisant leurs œuvres en bois de mono’i pour les valoriser.

 

 

Produit sacré aux utilisations quotidiennes

 

Les prêtres enduisaient le corps des nouveau-nés et des défunts sur les Marae familiaux. A l’occasion des fêtes, l’onguent sacré rehaussait la couleur des tatouages des chefs, guerriers et danseurs.

 

Au quotidien les polynésiens utilisaient les vertus cosmétiques du mono’i pour la peau, les cheveux et le parfum du corps. Huile dédiée à l’art du massage elle complétait les remèdes traditionnels préparés avec des plantes. Ces deux fonctions essentielles demeurent vivantes : le Taurumi, massage ancestral est pratiqué pour les nouveau-nés, bébés et comme soin commun du cercle familial. Les propriétés médicinales sont « assainissantes » et apaisantes en particulier pour les petites blessures ou piqûres d’insectes.

 

 

Composition

 

La Tiaré Tahiti – Emblème de Tahiti

Nom : Gardenia Tahitiensis

Famille : Rubiacées

Partie utilisée pour le mono’i : La fleur fraîche en bouton ou épanouie.

Parfum de la fleur de tiaré : singulier, discret et envoûtant. Bouquet composé de vanille, miel, chocolat et cannelle.

 

La Noix de Coco – Or blanc de Tahiti

Nom : Cocos Nucifera

Famille : Palmacées ou palmiers

Partie utilisée pour le mono’i : chair de la noix.

 

 

Fabrication traditionnelle

On recense autant de recettes et traditions que d’îles et de familles.

Mono’i en Reo Tahiti – Langue de Tahiti

Monogi en Pa’umotu – Langue des Tuamotu

Pani en Reo Enana – Langue des Marquises

 

 

« Fait Maison » selon les archipels, les matières premières utilisées et l’art de les préparer. C’est le mono’i des « mama » vendu sur les marchés dans des flacons recyclés de soda.

L’arrivée des techniques occidentales Colons et missionnaires ont innové de nouvelles utilisations : huile de lampe, savon et huile végétale. Au 20ème siècle les premières entreprises de mono’i pour la parfumerie sont installées.

 

 

 

La fabrication industrielle :

 

DE LA NOIX DE COCO A L’HUILE DE COPRAH

 

60% de la production totale de la Polynésie Française provient de la récolte des noix de coco dans les atolls des Tuamotu. La préparation manuelle des fruits pour obtenir du coprah avec la chair déshydratée s’effectue localement. Le conditionnement dans des grands sacs de toile permet de procéder à des contrôles de qualité. Le transport est assuré par cargos « goëlettes » vers Tahiti. Sur les quais de Papeete l’Huilerie de Tahiti transforme le coprah en huile végétale. une petite quantité (5%) de qualité issue de la production corallienne est soumise à un raffinage particulier destinée à la cosmétique fine. Cette production est réservée aux producteurs de « mono’i de Tahiti » et en faible quantité aux particuliers et aux petits producteurs.

De l’huile au Monoï de Tahiti

 

Une recette industrielle simple :

 

faire macérer dix fleurs de Tiaré Tahiti pour un litre d’huile de coprah. Une sélection précise des ingrédients et une surveillance rigoureuse de la fabrication sont nécessaires. Les fleurs doivent macérer 24 heures après la cueillette, les producteurs de Tiare Tahiti sont donc proches des centres de fabrication (Tahiti et Moorea). Cinq millions de fleurs sont utilisées annuellement pour la confection du Monoï de Tahiti. Chaque étape de la macération au conditionnement est soumise à des tests et contrôles de qualité. 80% du Monoï de Tahiti est exporté en vrac, le reste est conditionné sur place. On y ajoute des essences naturelles pour faire des huiles parfumées vendues en flacons qui serviront à la composition d’autres produits cosmétiques.

Produit d’Appellation d’Origine.

 

Grâce à ses deux composantes naturelles immuables : La fleur de Tiaré Tahiti et la Noix de Coco polynésienne, le mono’i industriel produit à Tahiti bénéficie d’une provenance strictement contrôlée. Cette procédure permet une protection spécifique et une Appellation d’Origine indispensables pour affronter les contrefaçons. Pour contrer ce fléau les principaux producteurs ont créé le Syndicat des Fabricants de Monoï de Tahiti et les Autorités Polynésiennes en réglementant les produits :

Le Mono’i Traditionnel à base de coco frais râpé.

Le Mono’i Industriel à base d’huile raffinée de coprah.

Le Monoï de Tahiti – appellation d’Origine Simple (A.O.) est né le 1er avril 1992 – Décret 92-340 – Il permet de garantir la qualité du produit et l’origine polynésienne de ses ingrédients. Son A.O. définit très précisément son mode de fabrication. Pour garantir un produit conforme aux attentes des laboratoires de cosmétologie les industriels du Monoï de Tahiti se sont regroupés en 1992 au sein du Groupement Interprofessionnel du Monoï de Tahiti.

 

 

Un produit ancestral pour l’avenir

 

Avec plus de cent emplois directs et 80% de taux d’exportation l’industrie du Monoï de Tahiti est un acteur économique important de la Polynésie Française. Ce produit est également Ambassadeur International de l’image de Tahiti. La renommée mondiale du Monoï de Tahiti développe aussi des perspectives d’avenir pour le territoire avec l’innovation en cosmétologie et le renouveau du massage polynésien dans les spas des hôtels et les instituts de beauté et relaxation sur les principales îles. Les vertus ancestrales du mono’i dévoilent aujourd’hui une vaste gamme de produits de bien être et de soins.

Découvrir les secrets du mono’i

 

Chaque année, au mois de novembre se déroule « Le Monoï Here » - La Semaine du Monoï – C’est l’occasion de visiter cette exposition lors de votre séjour à Papeete : stands d’expositions, ventes, conférences, massages, démonstrations, projections de films documentaires.

 

 

 

Fabrication du Mono'i 

Crédit photo ©   GIE Tahiti Tourisme - Cécile Filipo

 

 

 

MAISON DE LA CULTURE DE PAPEETE

CONTACTS

 

monoi.de.tahiti@mail.pf

www.monoiaddict.com

 

 

A faire en s’inscrivant dans les agences de voyages locales : l’excursion « La Route du Monoï. »